Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >Saga

Saga

Titre VO: Saga (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Fiona Staples (Proposer une Biographie)
Auteur : Vaughan Brian K.
Saga

Saga - 1

Un univers sans limite, peuplé de tous les possibles. Une planète, Clivage, perdue dans la lumière froide d’une galaxie mourante. Sur ce monde en guerre, la vie vient d’éclore. Deux amants que tout oppose, Alana et Marko, donnent naissance à Hazel, un symbole d’espoir pour leurs peuples respectifs. L’espoir, une idée fragile qui devra s’extraire du chaos de Clivage pour grandir, s’épanouir et conquérir l’immensité du cosmos.

Saga

Saga - 2

Princes robots et trains dragons, mercenaires arachnides et chats détecteurs de mensonges, fantômes enfantins et vaisseaux végétaux… La diversité de la faune, de la flore et la richesse des thèmes abordés ont rapidement fait de saga la nouvelle référence comics de space fantasy. Du vertige de l’espace infini à l’intimité des querelles d’un jeune couple de parents, les auteurs vous invitent à découvrir un space opera épique, ambitieux et touchant.

Saga

Saga - 3

Depuis la mort de son père, Marko peine à recouvrer l’ardeur qui l’animait jusqu’alors. Klara, inquiète pour l’avenir de son fils et de sa nouvelle petite famille, prend donc les rênes de la situation. Une bravoure dont ils auront tous besoin sur Quietus, la planète où vit reclus le romancier D. Oswald Heist. De leur côté, le Testament et Gwendolyne, stimulés par leur désir de vengeance, poursuivent leur traque assidue du couple.

Saga

Saga - 4

Arrivés depuis plusieurs mois sur la planète Gardenia, Alana, Marko, leur fille Hazel et Klara, la mère de Marko, ont commencé une nouvelle vie. Marko s’occupe de l’éducation d’Hazel tandis qu’Alana semble promise à une brillante carrière de comédienne au sein du Circuit, le divertissement le plus populaire de la galaxie… pour peu qu’elle tempère ses sautes d’humeur. Ailleurs, sur Continent, la Princesse Robot met au monde l’héritier du Robot Prince IV.

Saga

Saga - 5

Après avoir assassiné la reine robot et kidnappé le nouveau-né princier, Dengo, homme de ménage avide de vengeance, cherche par tous les moyens à attirer l’attention des puissants du Royaume. Quoi de plus efficace, dans ce cas, que de prendre en otage l’enfant née de l’amour interdit d’un cornu et d’une ailée ? Tandis que Gwendoline et Sophie partent en quête d’un remède capable de guérir les blessures du Testament, Marko et le prince robot se lancent à la poursuite du dangereux criminel. Arriveront-ils à temps ?

Saga

Saga - 6

Réunis pour finalement voir leur fille kidnappée par des membres de la Dernière Révolution, Marko et Alana sont sous le choc. Ils ignorent tout de leurs intentions envers Hazel et du lieu où est elle se trouve actuellement. Le Testament, de son côté, se remet progressivement sur pied grâce aux efforts conjoints de Gwendoline et Sophie, non sans pleurer la mort de sa soeur La Marque. En somme, une « résurrection » dont le mercenaire se serait bien passé…

Saga

Saga - 7

Pour la première fois depuis longtemps, Alana, Marko et Hazel sont de nouveau réunis. À leurs côtés, le prince Robot cherche désespérément son fils, retenu par le Testament, et Petrichor, tout juste évadé des geôles de la Révolution, espère débuter une vie nouvelle loin des préjugés. En attendant, une pannede carburant contraint la petite équipe à se poser d’urgence sur la planète Phang, un territoire en pleine guerre civile.


Critique

Par Tatiatalante, le 28/02/2016

Ce comic (en cours) compte actuellement cinq tomes, le scénario est signé Brian K. Vaughan et les illustrations sont de Fiona Staples. Il a été récompensé par le prix Hugo du meilleur roman graphique en 2013. Il a reçu trois ans de suite le prix Eisner (le dernier à avoir réussi cette exploit était Sandman). Il a aussi été en sélection officielle du festival d’Angoulême.
Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… Un jeune couple traqué par la galaxie entière navigue à bord de leur arbre-fusée vers les confins de l’univers. La guerrière Alana, originaire de la planète Landfall, et Marko le soldat, né sur l’astre de Landfall : Couronne. Ils feront tout pour sauver leur amour, jugé contre-nature, et protéger leur enfant. Pendant ce temps-là, un chasseur de prime dépressif, un prince robot et une ex-petite amie volcanique sont sur leurs traces.
Nous pourrions dire que ces deux amoureux sont des versions modernes et un peu trash de Roméo et Juliette. Déserteurs et follement amoureux, ils vont braver tous les interdits de leurs peuples en guerre depuis des années. Devenus ennemis publics n°1 depuis qu’ils ont osé donner naissance à un enfant hybride, ils vont tout faire pour protéger leur fille sans oublier de commettre quelques petites faux-pas au passage … Être jeune parent n’est pas toujours facile et encore moins quand on cherche à tout prix à vous tuer !
Nous plongeons directement dans l’action dès la première page dans un univers où nous n’avons aucun repère avec la scène de l’accouchement de leur fille Hazel, narratrice de l’histoire de ses parents. L’écriture est d’une grande qualité, que ce soit au niveau des personnages ou des dialogues. Les protagonistes ont de multiples facettes, des caractères bien trempés : violents, héroïques, romantiques, junkies, dépressifs et un peu punk. Ils sont comme nous très humains, pétris de convictions comme d’incertitudes, partagés entre devoir et volonté de changer. Ce dernier trait de caractère est particulièrement présent chez Marko qui cherche à sortir de son conditionnement de soldat et de couronnien. La guerre avec son lot de racisme, de propagande, d’enjeux politiques, de générations sacrifiées constitue la trame dans laquelle se débat le couple, porté, lui, par deux fortes personnalités lassées de la violence, mais la retrouvant partout. Le conflit entre les deux planètes rappelle d’ailleurs la guerre froide, où deux puissances délocalisent leur conflit en-dehors de leur territoire pour contaminer tout un système. Ne vous inquiétez pourtant pas, le traitement de ces sujets n’est jamais moralisateur et reste toujours drôle.
Pour en revenir aux personnages, notons que les seconds rôles sont tout aussi bien brossés que les protagonistes et nous avons là une belle brochette d’individus déjantés : on ne risque pas de s’ennuyer. La force de ce comic réside en partie dans les traits d’humour, les nombreuses références décalées à la culture populaire et des dialogues affûtés et acerbes de tout ce petit monde.
Saga c’est un road trip version space opera/fantasy. On y retrouve tous les codes de la SF, une galaxie infinie, des robots, des vaisseaux spatiaux et de nombreux enjeux politiques ; le tout mélangé aux codes de la fantasy : des fées, des êtres proches des satyres, des dragons, des nymphes, des fantômes, un arbre fusée et des épées. Brian K. Vaughan détourne avec humour différents genres littéraires : le roman d’amour, le comic de super héros, le livre d’aventures, le feuilleton à l’eau de rose sentimentale, pour créer un univers atypique et en même temps tellement familier. L’univers décrit et illustré est tout simplement gigantesque avec des paysages dignes des plus belles ballades. Un bestiaire fourni et une langue proche de l’espéranto sont la cerise sur le gâteau. 
Enfin, les illustrations de Fiona Staples  donnent un ton singulier aux personnages et aux décors de Saga. Elle réussit à retranscrire dans ses cases les différentes émotions que traversent les personnages avec un dessin assez vif et direct. La colorisation est saturée mais loin d’être criarde, créant vraiment un visuel atypique et euphorisant, voire épileptique. Il ne reste plus qu’à ajouter que l’édition d’Urban Comics est un bel objet de collection et à petit prix : que demander de plus !
De l’action, une traque haletante, une intrigue bien ficelée, une quête initiatique, un univers dépaysant et des personnalités riches, beaucoup d’amour et de souffrances, ainsi qu’énormément d’humour, le tout saupoudré de quelques scènes pour adultes et de combats, voilà la recette alchimique qui fera la bonheur du lecteur. Il ne vous reste plus qu’à embarquer pour l’univers Saga.

Deux tomes sont sortis depuis cette chronique, il était donc temps de se repencher sur Saga. Après un premier arc qui nous avait séduit, la série perd malheureusement de son souffle épique avec l’ouverture d’un deuxième arc qui se cherche encore. Le tome 6 qui est clairement un tome de transition a le mérite de clôturer les intrigues initiés dans le premier arc, même s’il pâtît d’un scénario assez léger.
Le tome 7, qui initie l’ouverture d’un nouvel arc narratif, se révèle un peu décevant. Brouillon, il ne permet pas de mettre en place les enjeux nouveaux du récit. Nous nous retrouvons ballotés dans l’espace avec toute la petite famille qui cherche à fuir ses ennemis. Et c’est là que le bât blesse : la tension de la fuite ressentie dans le premier arc est absente. Le récit peine à trouver un nouveau rythme entre la guerre inter-raciale en toile de fond et le voyage sans fin du groupe.
Point positif, les graphismes punchy sont toujours au rendez-vous. Espérons que les prochains tomes retrouveront la magie des débuts pour que la série mérite son titre.

8.0/10

Discuter de Saga sur le forum.


Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :