Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >Peter Pan

Peter Pan

(Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Régis Loisel (Proposer une Biographie)
Peter Pan

L' Envers du Décor

Cet album grand format ne fait pas partie de la série, et ne raconte pas une histoire. Alors pourquoi sa présence ici ? Parce qu’il mérite toute l’attention, en particulier de tous ceux qui sont curieux de connaître les différentes étapes de la réalisation d’une bande dessinée. Loisel nous montre ” sa merde ” comme il le dit lui-même, depuis les premiers jets du scénario jusqu’à la mise en couleur des planches en passant par la création des personnages. Un superbe ouvrage à feuilleter pour en apprendre un peu plus, malgré quelques digressions contestables. Attention cependant aux spoilers inévitables !

Peter Pan

Londres

Par une nuit d’hiver, assis sur de vilaines planches en bois à l’extérieur d’une maison, un petit garçon est plongé dans la lecture d’un livre de mythologie grecque. Il s’appelle Peter. Nous sommes à Londres, en 1887. Il fait un froid glacial. Soudain, un trait de lumière jaune vient terminer sa course sous son capuchon. Peter croit avoir capturé une étoile filante. En vérité, il s’agit d’une minuscule créature vivante. Une fée… Ravissante, coquette et terriblement susceptible. Et quand cette fée jette une poignée de poussière dans les yeux du petit garçon, celui-ci se met à voler dans les airs, par-dessus les toits londoniens couverts de neige…

Peter Pan

Opikanoba

1887 dans les bas-fonds du Londres de Jack l’Eventreur.
C’est là que (sur)vit Peter, jeune garçon, que sa mère alcoolique et prostituée, hait plus que tout. Son père quant à lui, a disparu avant même sa naissance. Heureusement, il y a ses copains de l’orphelinat et M. Kundal, vieil homme qui a pris Peter sous sa coupe et lui apprend à lire, à écrire et à compter. Dans ce monde âpre, Peter est loin d’être convaincu de l’intérêt de devenir un adulte.
Et puis un jour où tout va plus mal que d’habitude surgit la plus petite des fées, qui emmène Peter au Pays Imaginaire, car il pourrait bien être le sauveur pour un groupe composé de centaures, de satyres, de sirènes et autres êtres imaginaires. Ceux-ci disposent d’un ” trésor “, que convoite un nouvel arrivant, cruel capitaine d’un galion de féroces pirates. La lutte va s’engager, avec son lot de victimes et de surprises…

Peter Pan

Tempête

«Mon album est à la croisée de toutes les enfances et son histoire recueille cette substance merveilleuse, alchimie du rêve et de la réalité qui s’envole sans que nous le voulions quand nous devenons grands. Il y a de la magie, de la poésie mais aussi énormément de souffrance et de cruauté dans ce monde là…»

Peter Pan

Mains Rouges

Déjà trois tomes de Peter Pan parus et le suspense est toujours à son comble. Nous avons pourtant traversé bien des péripéties, guidés par la plume de Régis Loisel qui ne ménage aucun détail pour nous tenir en haleine. C’est ainsi que nous allons découvrir comment le petit protégé de Clochette devient Peter Pan, le capitaine Crochet hérite de sa main d’argent, et le crocodile se tire d’un terrible piège, un réveil collé aux entrailles, tous ces multiples détails que ni le roman original de Barrie ni le dessin animé de Disney ne révélaient… Avec cet immense talent de narrateur qu’on lui connaît, Régis Loisel n’a pas fini de nous surprendre.

Peter Pan

Crochet

Crochet est toujours aux trousses de Peter qui s’est réfugié sur l’île en compagnie de sa bande d’amis. Ils se préparent aux représailles des pirates, mais c’était sans compter sur l’inénarrable crocodile ne lâchant pas Crochet d’une semelle et lui causant bien des déboires.De son côté, Peter fait un voyage éclair à Londres, rendant visite une dernière fois à Monsieur Kundal agonisant. Avant de mourir il lui confie son trésor, une lettre de sa bien-aimée qu’il n’a jamais voulu ouvrir…Peter et Crochet, les deux héros de cette série, se livrent ici à un duel tout aussi psychologique que physique. C’est avec un grand plaisir que les nombreux fans de Loisel retrouveront toute la magie de Peter Pan.Et même si nous allons garder le secret, il est bon de vous informer que ce tome s’achève par un dénouement absolument extraordinaire, renversant, surprenant… Non, nous n’en dirons pas plus… Sachez tout simplement qu’il laisse présager un sixième et dernier volume exceptionnel. Comme les cinq autres, me direz-vous…

Peter Pan

Destins

Peter Pan et ses amis se retrouvent sur leur île pour enfin partager un moment de paix et de bonne humeur. Mais ce qu’ils se partagent surtout, c’est la photo de la maman qui passe de main en main chez chaque petit orphelin, ce qui leur permet de rêver un peu… Il n’y a bien que le petit Picou qui n’en veut pas, de cette mère en papier, et qui préfère de loin la tendresse de Rose, qu’il considère comme sa maman. Lors d’un tirage au sort, la photo de la maman lui revient… et on va la glisser dans sa poche alors qu’il dort… Mais la fée Clochette va s’en mêler, et tout cela va attirer bien des ennuis au petit Picou, et encore plus à Rose… Mais nous ne vous en dirons pas plus et vous laisserons découvrir par vous-mêmes ce qu’il advient d e tous ces personnages, à commencer bien sûr par Peter Pan dont la tragique destinée va s’accomplir ici. Car il s’agit du sixième et dernier volume de cette magnifique bande dessinée signée Régis Loisel. Il nous a concocté un dénouement absolument extraordinaire pour ce dernier tome, de toute beauté, qui s’annonce d’ores et déjà comme l’un des grands événements de cette riche année bédéphile. Les lecteurs retrouveront tout ce qui fait la magie de « Peter Pan », tout ce qui a contribué à faire de Loisel un des plus grands auteurs contemporains, dans un album en tous points indispe nsable, le dernier de l’une des plus grandes séries contemporaines.


Critique

Par Publivore, le 07/11/2004

Très librement inspiré des personnages de Sir James Matthew Barrie” nous prévient Loisel au début de chaque tome. Oui, certes, l’inspiration est libre, mais jamais elle ne trahit le roman. L’auteur s’applique à insérer, le plus naturellement du monde, chaque élément de l’œuvre originelle dans un scénario qui tient magnifiquement la route! Cela va de la transformation de Peter en Peter Pan à l’arrivée des enfants perdus, et de l’apparition du fameux crochet à la raison de la présence d’un crocodile faisant “tic-tac”, entre autres…
Outre le scénario béton, le graphisme rond de Loisel est toujours plaisant, et surtout le soin apporté aux choix des couleurs est impressionnant, en particulier dans l’opposition de traitement entre Londres et le Pays Imaginaire (voir les extraits 1 et 2). Le graphisme renforce donc l’impression de véritable réussite que dégage l’ensemble.
Rappelons malgré tout que ce cycle ne s’adresse pas aux enfants, contrairement aux deux longs métrages de Disney (dont nous sommes ici à mille lieux), la violence (physique et psychologique) et l’érotisme étant fortement présents, bien plus que dans La Quête de l’Oiseau du Temps, du même auteur.

9.0/10

Discuter de Peter Pan sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :