Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >La Dernière Fée du Pays d'Arvor

La Dernière Fée du Pays d'Arvor

(Ce Cycle est En Cours)

Dessinateur : Jean-Marie Michaud (Proposer une Biographie)
Auteur : Eric Arnoux (Proposer une Biographie)
La Dernière Fée du Pays d'Arvor

Folianne

Le Calme Enchanteur des Fées est sous la menace du mage Narval. Celui-ci a mis Brieuc la Puante et Castel Mauvais sous sa coupe et ne reculera devant rien pour s’approprier le fabuleux pouvoir des cinq sceaux. Et c’est une bergère, Folianne, que les Fées envoient pour contrecarrer ses plans …

La Dernière Fée du Pays d'Arvor

Ombreux

Si le mage Narval semble ne souffrir aucune concurrence, les Fées placent tout de même leurs derniers espoirs en Ombreux, juste chevalier accablé par son passé. Entre Boumians et Tire-Laine, le salut du Calme Enchanteur passera-t-il par lui alors qu’une autre menace se profile ?

La Dernière Fée du Pays d'Arvor

Astrée

Les Fées maintenant sous le joug de leurs envahisseurs, Ombreux se confiant sous la torture et une souris en bien mauvaise posture, la situation semble bien mal engagée. Astrée se débarassera-t-elle de son masque pour accomplir le destin qui lui est prédit ?


Critique

Par Esdeo, le 16/11/2004

Cette série baigne dans une ambiance graphique bucolique qui s’installe dès les premières cases. La colorisation, douce et très réussie, est sans doute pour beaucoup dans cette impression. Le dessin est à l’avenant, léger et globalement de belle qualité. On restera juste légèrement dubitatif devant la propension, pas très heureuse au demeurant, de l’auteur à représenter les visage des personnages en contre-plongée. Cette douceur graphique qui nous plonge avec jouissance dans le Comté de Bren Arvor contraste singulièrement avec l’âpreté du récit.
En effet, si les dialogues, usant d’un vieux français convaincant, distille la même dose de dépaysement, voire de rêverie, le déroulement du récit se révèle sombre, violent et parfois cru. Le sexe, s’il n’est pas ostensible, est toutefois bien présent dans les penchants de nombre de personnages, mais il n’est jamais là comme démonstration de l’amour, mais plutôt comme représentation du pêché et de la violence. Celle dernière est d’ailleurs aussi omniprésente, qu’elle soit physique, verbale ou psychologique.
De cette opposition entre évènements et ambiance, la trame de l’histoire, qui aurait pu passer pour ultra-classique (un vil conseiller versé dans la magie, un faible châtelain, une châtelaine jalouse et le salut venant d’une innocente jeune fille, seul témoin de l’amour) se trouve magnifiée. Et l’ensemble de cette série se lit avec un plaisir non dissimulée, d’autant que les auteurs laissent à l’histoire une belle part d’inconnu qu’il nous faut imaginer et que la fin est … Bah …. A vous de la découvrir.

8.0/10

Discuter de La Dernière Fée du Pays d'Arvor sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :