Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >Gorn

Gorn

(Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Tiburce Oger (Proposer une Biographie)
Gorn

Même la Mort

Le fantôme du seigneur Gorn défie Dieux et démons pour retrouver celle qu’il aime au beau milieu d’un monde en déclin. Tiburce Oger s’empare de l’heroic fantasy et lui donne une nouvelle dimension romantique. Contrairement à Orphée qui, lui, plonge dans les enfers, Gorn va revenir d’entre les morts pour retrouver l’être aimé et menacer les Dieux de ne plus croire en eux, précipitant ainsi leur disparition. Aventure et symbolisme se croisent au fil de ces planches superbes dont les décors et les couleurs relancent à chaque instant la magie de ce monde imaginaire.

Gorn

Le Pacte

Le fantôme du seigneur Gorn défie Dieux et démons pour retrouver celle qu’il aime au beau milieu d’un monde en déclin. Tiburce Oger s’empare de l’heroic fantasy et lui donne une nouvelle dimension romantique. Contrairement à Orphée qui, lui, plonge dans les enfers, Gorn va revenir d’entre les morts pour retrouver l’être aimée et menacer les Dieux de ne plus croire en eux, précipitant ainsi leur disparition. Aventure et symbolisme se croisent au fil de ces planches superbes dont les décors et les couleurs relancent à chaque instant la magie de ce monde imaginaire.

Gorn

La Danse des Damnés

Le fantôme du seigneur Gorn défie Dieux et démons pour retrouver celle qu’il aime au beau milieu d’un monde en déclin. Tiburce Oger s’empare de l’heroic fantasy et lui donne une nouvelle dimension romantique. Contrairement à Orphée qui, lui, plonge dans les enfers, Gorn va revenir d’entre les morts pour retrouver l’être aimée et menacer les Dieux de ne plus croire en eux, précipitant ainsi leur disparition. Aventure et symbolisme se croisent au fil de ces planches superbes dont les décors et les couleurs relancent à chaque instant la magie de ce monde imaginaire.

Gorn

Le Sang du Ciel

Le fantôme du seigneur Gorn défie Dieux et démons pour retrouver celle qu’il aime au beau milieu d’un monde en déclin. Tiburce Oger s’empare de l’heroic fantasy et lui donne une nouvelle dimension romantique. Contrairement à Orphée qui, lui, plonge dans les enfers, Gorn va revenir d’entre les morts pour retrouver l’être aimée et menacer les Dieux de ne plus croire en eux, précipitant ainsi leur disparition. Aventure et symbolisme se croisent au fil de ces planches superbes dont les décors et les couleurs relancent à chaque instant la magie de ce monde imaginaire.

Gorn

Ceux qui nous Hantent

Après la sanglante campagne contre les Yeux Rouges, et malgré la fantastique intervention de Dame Gorge auprès des dieux pour libérer les fantômes de Gorn et d’Eliette des enfers, Eloïse, écoeurée par trop de violence et d’obscurantisme, rentre en son château avec la ferme intention d’abolir toute croyance fanatique. Mais religieux et espions du Roy veillent… Quant à Gorn et Eliette, le secret qui les lie pourrait bien changer la face du monde, même s’il ne mesure encore que trois pommes et possède de grandes nattes blondes tressées de rubans bleus…

Gorn

D'entre les Morts

Les fantômes ne renoncent pas à l’amour. Pendant qu’Eloïse cherche à retrouver les Elfes pour sauver son amour, Gorn revient sur Terre. Il a passé un pacte avec les Dieux : il doit livrer aux prêtres du roi sa fille et sa filleule en échange du commandement d’une armée de zombies capables d’anéantir les Yeux-Rouges. Mais Gorn, ni tout à fait mort, ni tout à fait vivant, compte bien duper les Dieux… Débutée en 1992, Gorn s’affirme au fil des albums comme l’une des meilleures séries d’heroic fantasy. Les décors somptueux, l’humour et l’imagination de Tiburce Oger donnent à cette fresque le souffle des grandes sagas.

Gorn

La Chute de l'Ogre

Maëlle, la fille de Gorn, est emprisonnée par l’Ogre, un roi terriblement cruel protégé par les Dieux qui veulent se venger du chevalier fantôme. Seul, Gorn n’arrivera pas à la délivrer mais les armées de Dame Gorge et les Elfes conduits par Eloïse lui apportent le soutien dont il manquait. Débutée en 1992, Gorn s’affirme au fil des albums comme l’une des meilleures séries d’heroic fantasy. Les décors somptueux, l’humour et l’imagination de Tiburce Oger donnent à cette fresque le souffle des grandes sagas.

Gorn

Mon Amour, un soir...

Maëlle, libérée des geôles du roi, vit en compagnie de Gorn, son père, pendant qu’Eloïse et Dorian sont à la recherche du pays des Elfes. Parallèlement, la très entreprenante Dame Gorge profite de la chute du roi pour instaurer un nouveau régime politique. Bref ! Tout semble aller pour le mieux. Et pourtant… Gorn reste rongé par son chagrin d’amour, Dame Gorge n’est pas très douée pour la diplomatie de palais et l’Eldorado que poursuit Eloïse risque bien de la décevoir. La légende n’est pas finie ! Avec Gorn, débuté en 1992, Tiburce Oger s’empare de l’heroic fantasy et lui donne une nouvelle dimension romantique. Contrairement à Orphée qui, lui, plonge dans les enfers, Gorn va revenir d’entre les morts pourretrouver l’être aimée et menacer les Dieux de ne plus croire en eux, précipitant ainsi leur disparition. Aventure et symbolisme se croisent au fil de ces planches superbes dont les décors et les couleurs relancent à chaque instant la magie de ce monde imaginaire.

Gorn

Le Chant des Elfes

A peine quelques années de bonheur au village de Dame Gorge et déjà le ciel s’alourdit de sombres nuages. Dame Gorge noie sa mélancolie dans l’alcool lorsqu’elle apprend que la belle Héloïse est aux portes de la mort après la naissance de son second enfant. Pour clore le tout, la jeune Maëlle a disparu avec un prétendant étrange et des chasseurs ont été attaqués par des Yeux Rouges, créatures maléfiques qui n’étaient pourtant jamais parvenues jusqu’à cette contrée protégée. Mais la trisaïeule de Dame Gorge a un secret, et elle emmène Héloïse mourante au fond de la forêt pour y faire une rencontre légendaire. Le retour de Gorn, attendu depuis plusieurs, années va satisfaire ses nombreux admirateurs.Tiburce Oger offre un neuvième tome remarquable en tous points.

Gorn

Les Yeux de Brume

L’irréelle Eloïse, la demi-elfe, reprend la plume et trace sur les parchemins vieillis la peur qui l’assaille. Les douces années de répit s’achèvent et les cauchemars la hantent… Les rangs de l’armée des Yeux Rouges grossissent à nouveau, et voilà qu’ils percent chaque jour plus avant les frontières du monde des hommes ! La boue et le sang se recouvrent de neige, mais combien de temps les flocons garderont-ils leur blancheur ? Fidèlement soutenue de Dame Gorge, adorée de son beau Dorian, Eloïse s’élance dans le froid, décidée à sauver la jeune Maelle des griffes de ses ravisseurs. Maelle, fille du seigneur Gorn et de la belle Eliette, lien ténu entre le royaume des vivants et le royaume des morts… Flanquée d’une tristesse à rompre le coeur, Eloïse et Maelle parviendront-elles à surpasser la douleur pour suivre leur destin ? Une fois encore, l’âme s’envole vers les tourbillons fantastiques du sieur Oger.

Gorn

La Mémoire des Ombres

Découvrez enfin le denouement de cette grande saga sans précédent, devenue au fil du temps une BD de référence en matière d’Héroïc Fantasy !On raconte qu’au pays des “Terres Hautes”, là où les rochers percent les nuages, errent un chevalier fantôme et sa dame… Gorn et Eliette. Deux malheureuses ombres dans un monde tourmenté. Par delà les frontières des terres connues, l’armée des Yeux Rouges dévore chaque jour un peu plus le royaume des hommes. Devant le danger, le mythique pays des Elfes se dévoile enfin. Un dernier espoir subsiste, encore faut-il que les héritières de Gorn, Eloïse la demi elfe et Maëlle “Celle qui parle aux morts”, trouvent la force de réunir les peuples et même de réveiller le légendaire dragon. Selon la prophétie, le sort du monde sera scellé à la bataille des Trois Pics. L’ultime combat d’une poignée de valeureux face aux Ténèbres… L’ultime espoir…


Critique

Par Gillossen, le 20/02/2004

L‘idée de “Gorn” est venue à Tiburce Oger quand, à la suite de la naissance de son enfant, il s’est posé la question: “Si je venais à disparaître, qu’arriverait-il à ceux que j’aime, jusqu’où serais-je prêt à aller pour les retrouver ?”.
Ses interrogations ont abouti à Gorn, dont le thème principal est l’amour, l’amour qui lie Gorn, le chevalier errant, à sa belle dame Eliette, véritable incarnation du romantisme. L’auteur (dessinateur et scénariste) nous racontera la souffrance et l’enfance malheureuse de la fille de Gorn, Maelle, la corruption qui sévie en politique (dans la capitale de Parlyon), les abus de pouvoir qu’exerce Le Roy (sur ses sujets et les enfants), la quête identitaire d’Eloise (qui recherche les elfes)et bien sûr le combat que mène Gorn contre les Dieux. On voit le panel impressionant et la richesse des thèmes abordés par Gorn. Le dessin a évolué et est aujourd’hui plus fin et plus varié qu’au tout début.
Le scénario est de qualité constante puisque “Gorn” est un cycle de huit tomes qui forment un tout, une même histoire. Par ces qualités, que ce soit au niveau de l’intrigue ou des dessins (certaines images sont mythiques), “Gorn” est donc un indispensable de la B.D fantasy francophone. A découvrir ou à redécouvrir.
Son succès a d’ailleurs amené la création d’une série parallèle portant le nom d’un des personnages les plus importants de la B.D originelle: “Dame Gorge”; où Tiburce Oger (bien qu’il reste scénariste) laisse sa place de dessinateur à Christian Paty.
Quelques années après une conclusion qui ne satisfaisait pas entièrement l’auteur, Tiburce Oger revient à cet univers, avec un tome 9 qui amorce une véritable suite dans l’histoire. Evidemment, Gorn lui-même n’est pas de retour, mais on découvre ce qu’il est advenu après son départ, et toujours ce mystérieux pays des Elfes, qui semble entretenir bien des secrets…
C’est en tous cas un véritable nouveau départ, qui ne gâche en rien l’histoire précédente, et parvient même à nous ménager quelques surprises ! Sur le plan du dessin, Oger maîtrise de plus en plus son coup de crayon, et la mise en couleur est tout aussi superbe. Un régal.
Et tout départ conduit à une conclusion, au moins partielle, ce qui est le cas avec l’album suivant, que l’on aura une fois de plus attendu longtemps. Mais les réponses sont là, et les actes aussi. L’intrigue avance, clot définitivement certaines pistes, et se recentre sur d’autres. Et toujours avec cette mélancolie douce-amère si caractéristique de la BD… Et si l’on avait pu se demander avec le précédent si Tiburce Oger n’aurait pas dû en changer le titre, la réponse est claire, non !
L’attente fut de mise une nouvelle fois avec ce onzième et visiblement dernier album de la saga du chevalier fantôme et de sa belle, une fois encore très discrets, comme depuis la reprise du cycle. Et pourtant, les voilà au centre de cet épilogue, à l’image des ultimes planches les mettant en scène. D’aucuns trouveront sans doute le déroulement de ce dernier volet quelque peu précipité, la bataille finale quelque peu forcée malgré de bonnes idées et surtout un découpage et des planches où Tiburce Orger déploit toute l’étendue de son talent. Et il est vrai que le scénario en lui-même n’est pas forcément celui que l’on attendait depuis le précédent album, jouant sur une relative simplicité.
Mais comment malgré tout ne pas être touché par cette conclusion loin d’un happy-end absolu et qui ne manquera pas de soulever un certain nombre d’interrogations ?

8.5/10

Discuter de Gorn sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :