Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >Freaks' Squeele - Funérailles

Freaks' Squeele - Funérailles

(Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Florent Maudoux (Proposer une Biographie)
Freaks' Squeele - Funérailles

Fortunate Sons

REM, une cité décadente où les images diffusées par les cyclopes font et défont les dieux. Entre trahisons et complots, Fortunate Sons raconte l’histoire du dernier héros de cette civilisation et comment il a donné naissance au mythe de Funérailles.

Freaks' Squeele - Funérailles

Pain in Black

Tous les coups sont permis, que ce soit au camp d’entraînement des gueules cassées de la République ou à l’académie pour gosses de riches. Pretorius et Scipio devront, chacun de leur côté, s’entraîner pour devenir les hérauts d’une apocalypse qui dévastera le monde vieillissant et corrompu de REM. Pendant ce temps, la Veuve noire pleure la perte de son homme, mais n’a-t-elle pas déjà des araignées au plafond ?


Critique

Par John Doe, le 15/02/2014

It ain’t me, it ain’t me, I ain’t no senator’s son / It ain’t me, it ain’t me; I ain’t no fortunate one, no.
Quel est le point commun entre le refrain de cette chanson de Creedence Clearwater Revival et cette deuxième préquelle (après Rouge) au Freaks’ Squeele de Florent Maudoux ? Il s’agit de leur titre, Fortunate Sons (on notera avec intérêt l’usage du pluriel), qui lève le voile sur les origines de Funérailles et de son frère jumeau Scipio.
La tonalité du récit est beaucoup plus sombre que dans Rouge ou même de celui de la série-mère. Le récit commence, tel un conte de fées, par un Il était une fois un jeune guerrier et une belle princesse… qui, sans trop dévoiler l’intrigue, n’aura pas la conclusion habituelle.
Florent Maudoux réutilise avec intelligence le mythe antique d’une Rome fondée par les jumeaux Romulus et Remus. Mais ici, au lieu d’une louve, c’est une araignée qui les protège. Et Rome est transformée en Rem, cité dans laquelle les êtres imparfaits sont relégués aux basses besognes.
Une vieille prophétie prédisant la fin de leur civilisation en cas de naissance de deux êtres absolument identiques, Scipio et son frère (qui n’a pas encore le nom de Funérailles mais celui de Pretorius) sont séparés à la naissance. Laissé pour mort, Pretorius est sauvé par le médecin Seraphon. Les deux enfants grandissent alors dans des milieux bien différents, mais, sans connaître la vérité, ne peuvent s’empêcher de se fréquenter, au grand dam de leur mère, prêtresse de la maison de l’Araignée…
Maudoux réussit d’éviter tout schématisme dans la description de leur relation. Il nous laisse même à voir quelques fugaces moments de bonheur, comme arrachés à l’atmosphère étouffante de la capitale, avant que les intrigues politiques ne les rattrapent dans le dernier tiers du tome.  
Florent Maudoux, en plus du scénario, signe également les dessins et les couleurs. Son trait est tout aussi dynamique que dans la série principale et la colorisation est au diapason, alternant selon les besoins le sombre et l’ocre pour les scènes urbaines. Elle se fait parfois lumineuse lorsqu’elle représente l’émerveillement (cf. la double page 48-49 ou sur l’iconique et superbe page 77).
Ce Fortunate Sons est une réussite et sa conclusion risque de vous laisser dans un état de manque : celui de lire la suite ! Prochaine étape : Pain in Black (on reste dans la référence rock de haut niveau, cela s’annonce bien !).

Un deuxième volume qui suit une narration plus classique, alternant entre les points de vue de Scipio et de Pretorius : à l’un, le faste et le prestige de l’école d’officiers ; à l’autre, la boue et la sueur du camp d’entraînement.
Au delà de ces différences, c’est surtout la similitude des trajectoires qui frappe le lecteur. Nos deux frères deviennent de plus en plus charismatiques, s’imposant comme des leaders en puissance, ce qui sera sans doute relaté dans le troisième tome.
Pendant ce temps, à Rem, les intrigues politiques continuent, sans Lucianne (la mère de nos héros), qui a du mal à surmonter les conséquences de ses actes. C’est là l’occasion d’en apprendre davantage sur la famille de l’Araignée.
La partie graphique est au même niveau que dans le premier opus, donc très bonne, avec une mention spéciale pour la partie concernant Lucianne. Le soin apporté au découpage et au cadrage (les multiples gros plans sur une partie du visage) accentue le sentiment de malaise, illustrant en cela les tourments psychologiques du personnage. L’illustration pleine page placée à la fin du livre évoque irrésistiblement la peinture d’une scène mythologique (en plus de laisser le lecteur sur un cliffhanger).
Paradoxalement moins sombre (enfin, tout est relatif) que ce que le titre pouvait laisser penser, Pain in Black confirme la bonne impression laissée par Fortunate Sons.

7.5/10

Discuter de Freaks' Squeele - Funérailles sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :